Comment choisir votre premier télescope

choisir son premier télescope

Une question que l’on nous pose tout le temps et avec cet article nous voulons essayer d’aider ceux qui sont sur le point d’acheter leur premier télescope ou qui veulent l’offrir à un ami et qui ne savent pas comment s’y retrouver. Voir les images spectaculaires des sondes ou du télescope spatial Hubble est certes magnifique, mais à un moment donné, on ressent le besoin de passer aux choses sérieuses et de commencer à pointer des objets dans l’univers, des planètes, des étoiles, des nébuleuses ou le Soleil.

 

Les toutes premières questions auxquelles il faut répondre sont : « Que veux-je observer ? » et « Quel est mon budget ? ». Vous retrouverez toutes les réponses à vos questions sur ce site spécialisé sur les télescopes.

 

En fait, l’instrument parfait n’existe pas, chaque instrument a ses mérites et ses défauts. Certains instruments sont plus spécialisés, d’autres plus polyvalents. Mais il est nécessaire d’avoir une idée de ce que l’on veut observer et du montant que l’on peut/veut dépenser. En faisant un achat inconsidéré, on risque de se retrouver avec un beau télescope qui, après peu de temps, ne sera plus qu’un meuble prenant la poussière dans un coin de la pièce.

 

Combien faut-il dépenser pour son premier télescope ?

 

Souvent, le néophyte ne veut pas dépenser beaucoup pour son premier instrument. C’est juste et sacro-saint, mais il faut veiller à ne pas exagérer à bon compte. Un instrument qui coûte très peu ne sera en fait guère plus qu’un jouet et ne vous permettra pas du tout de profiter de cette nouvelle passion. Pour un télescope, le prix minimum d’un instrument acceptable est d’environ 200€. Plus les performances sont élevées, plus le coût sera élevé, jusqu’à des prix à quatre chiffres pour les instruments professionnels.

 

Quels chiffres regarder pour distinguer les télescopes ?

 

Outre le coût, les principaux paramètres à prendre en compte sont les suivants :

 

Diamètre : plus il est grand, plus il laisse passer la lumière, ce qui signifie que vous recevrez plus de lumière de l’objet que vous observez. C’est généralement une bonne chose, car cela vous permet d’observer plus de détails. D’autre part, il faut dire que si vous voulez observer le Soleil (ce que vous ne devriez faire qu’avec les instruments et les filtres appropriés !), vous n’avez pas besoin d’un trop grand diamètre car votre objectif dans ce cas sera de réduire la lumière entrante. Ou pour l’observation des planètes ou de la Lune, un très grand diamètre peut ne pas être nécessaire.

Longueur focale : c’est la distance parcourue par la lumière entre le moment où elle entre dans le télescope et le moment où elle atteint le point focal, c’est-à-dire l’endroit où vous allez placer l’oculaire. Le grossissement réalisable par un télescope est précisément donné par le rapport entre sa longueur focale et la longueur focale de l’oculaire, mais il faut savoir que si la lumière est insuffisante (le diamètre est petit), augmenter le grossissement est inutile.

F/# : le « nombre d’effets » est un paramètre simplement donné par le rapport entre la distance focale effective et le diamètre du télescope. Il s’ensuit qu’une distance focale plus longue permet des grossissements plus importants pour un même diamètre, un F/# plus élevé est un meilleur choix.

En outre, il est également important de choisir le schéma optique que vous souhaitez (Newton, Cassegrain, Schmidt…), le type de monture que vous souhaitez utiliser (altazimutale, équatoriale) et, enfin et surtout, la taille et le poids que vous pensez pouvoir supporter. Ce dernier aspect ne doit pas être sous-estimé : un télescope gigantesque donnera aussi de magnifiques images, mais si l’effort de transport vous fait renoncer à le monter pour observer, ce n’est pas un bon choix. Si vous prévoyez d’aller observer dans des endroits isolés, un télescope complexe à monter ou qui ne tient pas dans une voiture peut également vous rebuter, ce qui devrait donc également influencer votre choix. Mais allons-y doucement, et voyons les principales options possibles.

 

 Choisir son premier télescope

 

Mais passons maintenant aux protagonistes de ce guide : les télescopes. Les télescopes existent dans de nombreuses configurations différentes, tant optiques que mécaniques, qui ont toutes leurs avantages et leurs inconvénients. De plus, il en existe vraiment dans toutes les gammes de prix, du simple jouet autour de 100 € au super-professionnel et pas vraiment bon marché. Un seul guide ne suffit certainement pas à décrire toutes les possibilités ; il faudrait des livres entiers.

 

Comme nous l’avons déjà mentionné, il faut éviter d’acheter des jouets. Un chiffre minimum de 200€ est une bonne limite inférieure et il faut garder à l’esprit que généralement, plus un télescope coûte cher, plus il permettra de s’amuser car il permettra d’observer un plus grand nombre d’objets et avec une plus grande qualité. La prise d’un jouet risque également de générer de la frustration en raison de la mauvaise qualité des observations et d’amener les gens à abandonner trop tôt cette merveilleuse passion. Avec un budget plus restreint, il est préférable d’opter pour de bonnes jumelles. En revanche, il n’est pas conseillé d’acheter un télescope à 2000€ pour la première fois : si vous vous lassez, vous vous retrouverez vite avec un meuble très cher dans la maison.

 

En général, les télescopes sont fournis avec 1 ou 2 oculaires de base. En moyenne, ils ne sont pas de très bonne qualité (cela dépend aussi du prix du télescope lui-même), mais ils sont très bien pour commencer et, plus tard, vous pourrez décider d’en acheter d’autres, ainsi que d’autres accessoires, des filtres, etc.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.